39,00 € Quantité Ajouter au panier

Sortie : 15 février 2013
160 pages
N° ISBN : 978-2916355726


39,00 

Héctor Mediavilla

Né en 1970, Héctor Mediavilla vit et travaille entre Barcelone et Guanajuato (Mexique). Des Sapeurs de Brazzaville au commerce de la coca en Bolivie, des derniers liftiers de Mexico aux cérémonies religieuses mexicaines, il documente la vie des hommes et des femmes des pays d’Afrique et d’Amérique. Son travail sur la Sape, qui fait aujourd’hui référence, lui a valu d’obtenir une bourse Fotopres de la Caixa en 2005, le prix Picture of the Year en 2006, ainsi qu’une aide à la production de GEO Allemagne. En 2007, Héctor Mediavilla fonde avec d’autres photographes indépendants le collectif Pandora. Il est membre de l’agence coopérative Picturetank depuis 2003.

S.A.P.E.

S.A.P.E. a remporté le Grand Prix du Livre de Mode 2014.

La S.A.P.E, ou Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes, est un phénomène vestimentaire et culturel s’inspirant du dandysme, apparu au Congo à l’époque de sa colonisation par les Français.

Les Sapeurs congolais entretiennent aujourd’hui ce mythe de la sophistication parisienne en se parant de leurs plus beaux atours et en défilant élégamment vêtus dans les rues de Brazzaville. Respectés par leur communauté, ils se regroupent autour de goûts et de valeurs communes, travaillant à améliorer leur style, leur gestuelle, dans le but d’atteindre originalité et distinction. Ce faisant, ils poursuivent un grand rêve  : voyager à Paris et revenir à Brazzaville en tant qu’ambassadeurs de l’élégance.

La Sape questionne les modes de réappropriation de la culture dominante et la complexité des identités post-coloniales. Brillantine contre morosité, les Sapeurs proposent un modèle d’émancipation fantaisiste pour masquer les réalités parfois difficiles de la migration.

Véritable logos post-moderne, la Sape symbolise le parcours de ces dandys modernes, pour qui l’apparence au quotidien est un enjeu qui dépasse largement la frivolité  : celui qui en impose par son style est, in fine, seul maître de lui-même.

Critiques

« Une monographie stylée. » Nicolas Michel, Jeune Afrique

« Le comble de l’élégance. » Le Journal de la Photographie

« Fuyant les clichés et l’exotisme facile, son regard porte sur l’ensemble des significations de ce mouvement (sociales, culturelles et même politiques), révélant entre autres la complexité des identités postcoloniales et une véritable tension dramatique. » Photo.fr

« C’est la mode dans ce qu’elle a d’essentiel : l’expression d’une réalité intérieure, un discours politique, une affirmation de l’individu dans la société. » Télérama.fr

« Héctor Mediavilla… s’attache à montrer les Sapeurs dans leur environnement, leur inventivité et la fantaisie de leurs tenues éclatantes, défi permanent aux esprits. » Brigitte Ollier, Libération

« Le photographe a suivi pendant 7 ans, dans le quartier de Bacongo et à Paris, ces élégants extravagants qui paradent dans les lieux publics. Et ce livre est un hommage à ce mouvement né dans les années 1920… qui, loin de ne regrouper que des dandys soucieux de s’exhiber, représente en Afrique un mode codifié d’expression politique et sociale. » Véronique Rossignol, Livres Hebdo

« Un phénomène culturel stupéfiant. » Pierre Haski, Rue89

« Plus qu’une affaire de mode, la Sape est une religion dont le photographe Héctor Mediavilla a saisi la grandeur et la folie dans une superbe monographie. » Marguerite Baux, Grazia

« Le photographe Héctor Mediavilla nous livre un ouvrage remarquable sur l’univers de ces hommes (…) Loin des clichés exotiques présents dans certains reportages pour émission télévisée à sensation, Héctor Mediavilla plonge le spectateur de ses photos dans le quotidien de ces dandys et sur les multiples significations, sociales, politiques et culturelles, que porte ce mouvement. » Easyvoyage.com

« L’ouvrage est imprimé sur un beau papier mat et un cahier de voyage indépendant est glissé dans la 3e de couverture. Une réussite ! » Réponses Photo

« Une immersion sensible, parfois intime, qui nous donne les clefs de cet univers. » Frédérique Briard,Marianne

« Un ébouriffant chassé-croisé ! » Magazine Books

« Le photographe espagnol Héctor Mediavilla a dressé les portraits de ces coquets. À savourer dans un très joli livre. » Caroline Stevan, Le Temps

Vidéo : court-métrage documentaire d’Héctor Mediavilla sur la Sape :

 

39,00 € Quantité Acheter

Sortie : 15 juillet 2013
160 pages
N° ISBN : 978-2-916355-72-6


39,00 

Héctor Mediavilla

Héctor Mediavilla is a Spanish documentary photographer interested in the human condition and its relationship with the environment. He has mainly photographed in Africa and Latin America since 2001. He graduated in Economics at Esade (Barcelona, Spain). His passion for discovering other cultures naturally led him to photography. He has published pictures in international publications such as Colors, GEO, The New York Times, Time, Newsweek, Business Week, XXI, Photo, Esquire among many others. His work has been recognized in competitions like The Hansel Mieth Prize, Picture of the Year, Center Project Competition, Fotopres 05 from La Caixa, Photo España New Talents and has also deserved a CoNCA grant. His photographs are often exhibited internationally both in solo and collectives exhibitions. They have been shown in places like the Musée Dapper in Paris, the Museum der Weltkulturen in Frankfurt, Galleria Ollerios from Sao Paulo or the Centre Culturel Français of Kinshasa. Since 2003 he’s a member of the Cooperative Agency Picturetank, from Paris, which distributes his editorial work internationally. In 2007, with three other independent documentary photographers, he founded the Spanish collective Pandora.

S.A.P.E.

Society of Atmosphere setters and Elegant People

The S.A.P.E. is a fashion and cultural phenomenon inspired by the dandies that appeared in Congo during its colonization by the French. Congolese maintain today this myth of Parisian sophistication by wearing their finery and scrolling elegantly dressed in the streets of Brazzaville. Respected by their community, they gather around shared values and tastes, working to improve their style, their gestures in order achieve originality and distinction. In doing so, they pursue a dream: to travel to Paris and return to Brazzaville as ambassadors of elegance.

At the start of the 20th century when the French arrived in the Congo, the myth of Parisian elegance was born among the youth of the Bakongo ethnic group, who were working for the colonizers. In 1922, Grenard André Matsoua was the first Congolese man ever to come back from Paris dressed as a genuine Frenchman. His arrival caused great admiration among his fellow countrymen; he became known as the first Grand Sapeur. Supported by the respect and admiration of their community, today’s Sapeurs consider themselves artists. They add a touch of glamour to their humble environment through their refined manners and impeccable dressing styles.

Critiques