18,00 € Acheter

Sortie : 12 juin 2017
288 pages
N° ISBN : 978-2-36956-051-7


18,00 

Rachel Vanier

Rachel Vanier est née à Budapest en 1988. Après avoir grandi à Lille, fait ses études à Paris, s’être échappée à Boston puis avoir crapahuté au Cambodge, elle travaille dans le monde non moins dépaysant de l’innovation et des start-up. Après le remarqué Hôtel International (éditions Intervalles, 2015), Écosystème est son deuxième roman.

Écosystème

Marianne et Lucas sont les anti-héros de l’entrepreneuriat. Ils ont sauté le pas de la création d’entreprise, rêve de toute une génération de banquiers fatigués et de consultants blasés qui espèrent trouver dans les start-up le sens perdu dans leurs études à rallonge. Mais pendant que leurs idoles gagnent des millions dans la Silicon Valley, eux peinent à faire décoller leur projet. Ils s’envolent donc pour San Francisco chasser des licornes dans cet eldorado technologique.

Là-bas, la cyclothymie de Marianne et la timidité maladive de Lucas passeraient presque inaperçus, entre applications qui fusent, acquisitions en série et levées de fonds astronomiques.

Comédie résolument moderne, Écosystème jette un regard à la fois grinçant et tendre sur les ambitions des jeunes du troisième millénaire et la fragilité que leurs excès tentent de dissimuler. Un roman drolatique sur le parcours de deux figures de cette génération 2.0. Ni tout à fait héroïques, ni vraiment bons à rien, mais emblématiques d’une époque où les licornes s’introduisent au Nasdaq plutôt que dans les rêves.

Critiques

« Les start-up ont leur roman. » Christophe Greuet, Midi-Libre

« Dans l’enfer des start-up, entrepreneurs sans fards et mojitos en poudre… course à la croissance et figures libres. » Alexis Poulin, Le Monde Moderne

« Rachel Vanier décrit avec tendresse et piquant un environnement qui se veut innovant mais qui répond, comme tout secteur, à des règles parfois absurdes. L’exercice du pitch est un exemple parlant de cette distorsion entre un monde qui invente ses propres codes pour se débarrasser des carcans des grandes entreprises, mais qui se retrouve totalement engoncé dans des règles qu’il a lui-même édictées. » Audrey Chabal, Forbes France