13,90 € quantité de A l'école de l'universel : Germaine Le Goff (1891-1986), une éducatrice en Afrique Ajouter au panier

Sortie : 16 février 2024
224 pages
N° ISBN : 978-2-36956-342-6
Français


13,90 

François-Xavier Freland

François-Xavier Freland est journaliste, réalisateur et écrivain. Il a été correspondant de RFI en Espagne, puis de France 24 et TV5 Monde au Mali et au Venezuela. Reporter monde, spécialiste de l’Afrique et de l’Amérique latine, il collabore aujourd’hui avec de nombreux médias francophones (ARTE, TV5 Monde, France Inter, Canal+).

Il est l’auteur du documentaire Henry Miller, un Américain à Paris, (Arte 2020) et réalise en 2024 A l'école de l'universel, documentaire biographique de 52'  sur Germaine Le Goff diffusé sur Tebeo-sud, TVR et TV5 Monde. Il est aussi l'auteur d’une dizaine de livres : Générations Beurs (Autrement, 2003), L’Africaine blanche (Autrement, 2004), Sarava, l’histoire de la Bossa Nova (Naïve Livres, 2005), Joao, Flavia et Marcos vivent au Brésil (La Martinière Jeunesse, 2006), Saisir l’immatériel (Éditions Unesco, 2009), Qui veut la peau d’Hugo Chavez ? (Le Cherche Midi, 2012). Mali, au-delà du Jihad (Anamosa, 2017), L’Arbre des voyageurs (Magellan et Cie, 2019), Henry Miller, un rêve parisien (Magellan et Cie, 2022), Un été à Anafi (Intervalles, 2022).

A l’école de l’universel : Germaine Le Goff (1891-1986), une éducatrice en Afrique

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, en 1923, Germaine Le Goff, institutrice, « missionnaire » laïque et républicaine, quitte sa Bretagne natale pour enseigner en Afrique occidentale française. 

Tandis que le statut des femmes évolue peu à peu en Occident, elle croit à l’importance d’éduquer les jeunes Africaines, élevées jusque-là dans la tradition et la religion. En 1938, Germaine Le Goff fonde et dirige au Sénégal la première école d’institutrices de toute l’Afrique. Ses élèves arrivent des quatre coins du continent. De cet échange est née une nouvelle génération de femmes africaines modernes et décomplexées, dignes et conquérantes. Des femmes qui partagent la même foi pour ce que Léopold Sédar Senghor a appelé « la culture de l’Universel ». Une élite féminine capable de jouer un rôle décisif dans l’avenir du continent. 

À l’école de l’universel nous emmène sur les traces de cette éducatrice hors du commun, de la Bretagne rurale de la fin du xixe siècle à l’Afrique occidentale française de l’entre-deux-guerres. 

De Douarnenez à Dakar, de Djenné à Rufisque en passant par Saint-Louis, ce récit retrace un parcours exceptionnel au service de l’Universel.

Critiques