19,30 € Quantité Ajouter au panier

Sortie : 27 mars 2011
192 pages
N° ISBN : 978-2916355498


19,30 

Le cartographe

Lazare, vingt-cinq ans, accompagne un groupe de rock dans sa tournée européenne. Mais le projet tourne court à Sarajevo et le jeune homme doit se débrouiller seul pour rentrer en France.

Le chemin du retour se révèle plus compliqué que prévu : par distraction, par nonchalance, par curiosité aussi, cet Ulysse maladroit va se perdre dans les Balkans. Découvrant les lois du vagabondage, il affronte des tempêtes, croise des âmes perdues et des compagnons providentiels, travaille où il peut, dort dehors, voyage en clandestin, embarque sur un vaisseau fantôme...

Au fil de cette errance chaotique, c’est une géographie de l’âme qui commence à se dessiner, sous les pas de Lazare et sur le dos de la carte d’Europe qu’il annote comme un journal intime. La route se fait alors plus sinueuse, les rencontres plus inquiétantes. Le point de non-retour semble inéluctable.

 

Critiques

« Avec la vivacité de ses descriptions, de belles qualités de style (…) Un écrivain est né, voyageur de surcroît. On ne demande qu’à le suivre. » Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo

« Le vagabondage réserve des surprises. C’est ce que rappelle le jeune reporter Guillaume Jan dans son premier roman. Les aventures cocasses ou malheureuses d’un jeune homme dans l’Europe centrale d’aujourd’hui. » Philippe Vallet, France Info

« La résurrection de ce Lazare selon saint Jan, enterré vivant en des terres âpres, passera par des rencontres, des erreurs d’orientation et une escalade de crimes. » François Perrin, TGV Magazine

« Plus qu’un récit de voyage et un très bel objet, une véritable leçon de vie, à la fois réconfortante et très réjouissante ! » Barbara Lambert, Point de vue

« Un premier roman (…) bien raconté et construit, que l’on suit avec intérêt de bout en bout. » Corinne Abjean, Le Télégramme

« Tout en pointe sèche, il trace la carte superbement désorientée d’un jeune homme moderne dans un puzzle balkanique des frontières et des sentiments. » Emmanuel Lemieux, Les Influences

« Guillaume Jan restitue joliment l’étrange sentiment d’ivresse et de plénitude, d’émerveillement euphorique et de curiosité boulimique qui accompagne dans leurs périples les voyageurs solitaires. Loin du quotidien, tout devient sublime, profond. La Terre cesse alors de tourner (…) Il en va de même durant la lecture de ce bref moment de poésie, qui met un point d’honneur à nous faire redécouvrir la plus belle façon de voir le monde. » Pamela Pianezza, Be

« Un premier roman rude et sensible. » Alphonse Guillaume, Modes et travaux

« Il y a du Cendrars chez ce garçon qui sait dénicher la poésie dans le chaos des Balkans. Demain lui appartient. » Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine

« Un périple cocasse qui emporte le lecteur, le fait sourire et lui donne l’enivrante sensation du voyage. » Hélène Claudel, Monsieur Magazine

« Un très plaisant voyage dans les Balkans, en écho à la précarité du monde occidental. » Biblioblog