22,00 € Quantité Ajouter au panier

Sortie : 2 octobre 2008
256 pages
N° ISBN : 978-2916355313
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Mornet


22,00 

Idanna Pucci

Idanna Pucci, arrière-petite-fille de Cora Slocomb, a grandi à Florence, en Italie. Avant des études de littérature comparée à la Columbia University de New York, elle a étudié la tradition orale balinaise. Elle a aussi travaillé pour l’ONU au Timor-Oriental et pour l’Open Society Institute de la fondation Soros en Birmanie. Elle a également réalisé plusieurs documentaires pour la télévision. Elle vit avec son époux Terence Ward entre Florence, New York et Bali.

La demoiselle de Sing Sing

L’histoire de la première femme condamnée à la chaise électrique et de la campagne pour la sauver

En 1895, à New York, Maria Barbella, une immigrée italienne pauvre et ingénue est condamnée pour le meurtre de l’amant qui avait abusé de sa confiance, devenant ainsi la première femme condamnée à être exécutée sur la chaise électrique, l’année de son invention.

Révoltée par le sort qui attend cette jeune femme faible et sans défense, opposée depuis toujours à la peine capitale, Cora Slocomb Savorgnan de Brazza, l’arrière-grand-mère de l’auteur, lance alors pour la sauver un gigantesque mouvement d’opinion qui, quand les journaux, les politiciens, les lobbies et le grand public viennent lui donner de l’ampleur, devient la première campagne nationale jamais menée contre la peine de mort aux États-Unis.

L’histoire de Maria Barbella et du combat pour la sauver est un témoignage essentiel sur la condition des femmes, des immigrés italiens et des prisonniers en Amérique au tournant des XIXe et XXe siècles. C’est aussi un plaidoyer passionné contre la peine capitale, et, avant tout, l’histoire vraie d’une femme qui a tout risqué pour en sauver une autre.

256 pages – cahier hors-texte 16 documents de l’époque inédits

Critiques

« Idanna Pucci retrace la lutte de son aïeule contre une machine judiciaire chaotique, où le préjugé et le népotisme sont contrebalancés par la générosité de quelques acteurs désintéressés. » Sylvie Arsever -Le Temps.

« L’enquête… fait revivre cette aventure avec beaucoup de justesse et de force. Un document sur l’époque et une belle histoire de solidarité féminine. » Evelyne Bloch-Dano – Marie Claire.