10,00 € quantité de Contrechants Ajouter au panier

Sortie : 17 septembre 2021
128 pages
N° ISBN : 978-2-36956-302-0
Français


10,00 

Anne Robatel

Anne Robatel est née en 1978 à Paris et vit aujourd’hui à Lyon. Agrégée d’anglais, elle enseigne en classes préparatoires où elle tente de lier sa pédagogie à ses expériences dans le théâtre et la danse contemporaine. Elle est aussi traductrice dans le domaine des sciences humaines (traduction de Black feminism, anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, L’Harmattan, 2008, et cotraduction d’Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les Nazis ?, ENSSIB, 2019) et tient le blog annablanksite.wordpress.com.

Tous ses écrits sont animés par la conviction que la créativité est contagieuse. Dieu, le point médian et moi est son premier essai.

Contrechants

Petits exercices d'espoir

« La plupart des textes examinés dans ces essais ont donc été abordés comme s’ils étaient tout ce qu’on avait à se mettre sous la dent en cas de confinement forcé et prolongé. Ils cherchent à ouvrir des fenêtres qu’on croyait bloquées, à éclairer des escaliers cachés permettant d’échapper sans bruit aux milices de tous bords, aux meutes des réseaux sociaux et aux caméras de surveillance. Ils ont été réfléchis longtemps, puis restitués par ma voix, posée en équilibre entre l’anglais et le français, entre la salle de classe et la scène poétique, entre l’oral et l’écrit, le présent et l’avenir. Le fil que j’essaie de tenir est aussi tendu entre plusieurs générations incarnant différents rapports au langage et aux textes. Il y a les générations précédentes, partant du XVIe siècle et englobant tous les aînés qui m’ont transmis le monde par une parole vivante. Il y a la mienne, qui a déjà passé la moitié d’une vie à l’ère d’internet mais se souvient encore du temps d’avant, la génération des derniers enfants à avoir grandi dans ce monde disparu. Il y a enfin ceux d’après, auxquels nous sommes censés transmettre ce qui nous fut donné, quand bien même ils préfèreraient repartir de zéro.

‘‘On ne va pas se laisser abattre’’, disait mon père lorsque j’étais enfant et qu’il me sentait découragée. Aujourd’hui encore, c’est ainsi que se formulent mes sursauts intérieurs face à la tristesse ou à l’adversité. »

Critiques