couverture_carnets_perdus_du_japon_patricia_almacergui18,00 € Carnets perdus du Japon quantity Add to cart

Sortie : 2 June 2023
144 pages
N° ISBN : 978-2-36956-331-0
français

Traduction : Marta de Tena

18,00 

Patricia Almarcegui

 Patricia Almarcegui est écrivain et professeur de littérature comparée. Elle a publié de nombreux essais et carnets de voyage ainsi que deux romans dont Le Peintre et la Voyageuse (Éditions Intervalles, 2016) traduit en français et en persan. 

Elle a été professeur invité à l’Université américaine du Caire et à Paris IV Sorbonne. Ses recherches portent sur l’esthétique littéraire et les études culturelles. 

Elle collabore à Diario.es et aux suppléments culturels ABC, La Vanguardia et El País, et a publié des articles notamment dans Cuadernos hispanoamericanos, Revista de Occidente, Quimera et Altaïr Magazine. 

Carnets perdus du Japon

Carnets perdus du Japon entraîne le lecteur dans un voyage singulier.
     À partir de deux carnets écrits à dix ans d’intervalle puis égarés, Patricia Almarcegui reconstitue les impressions laissées par un territoire mouvant, ombragé, liquide. Sa connaissance de la littérature, de l’architecture, de l’histoire et une vision fine de la société contemporaine lui permettent d’explorer les géographies intérieures et extérieures du pays tout en interrogeant l’écriture comme mémoire du passé.
     L’originalité de cette narration pleine d’images est de s’élaborer à partir de la notion de perte : celle des carnets que l’écrivain a perdus pendant son voyage, celle des êtres trop tôt disparus et celle, aussi, d’un pays qui n’est peut-être déjà plus.
     À mi-chemin entre l’essai, le journal intime et le carnet de voyage, ce livre nous embarque, à la façon d’un haïku savant et ludique, vers un Japon insoupçonné.

Critiques

« l’une des voix les plus sensibles et belles de notre pays. »
Jacinto Anton, El País

« Patricia Almarcegui n’est pas seulement une théoricienne du voyage. C’est avant tout une voyageuse. »
Ana Alonso, El Independiente

« Beaucoup plus qu’un récit de voyage, ces ‘’carnets’’ sont l’autoportrait diffracté d’une femme qui s’efforce de ressentir le monde en vivant comme si elle avait ‘‘le cœur au bout des doigts.’’ » Tiphaine Samoyault, Le Monde des Livres

« Sans céder à la contemplation béatement zen où à la sensiblerie touristico-folklorique, elle navigue des inoubliables rives de la Kamo à Kyoto, à Nagasaki, en passant par Sendai ou Shibuya. Ces fragments rassemblés à partir de deux carnets de voyage sont autant de portes d’entrée dans ce monde impermanent. » Arnaud Vaulerin, Libération

« une grande érudition. »
Les Notes bibliographiques

« Une manière de découvrir un pays tout en nuances et en complexités » Lyvres.fr